Bon nombre de Parisiens rêvent d’une vie active plus tranquille loin de la capitale, mais sont vite rattrapés par les idées reçues : peur de sacrifier leur carrière, de s’éloigner des opportunités de business, de perdre en compétences, de voir leur pouvoir d’achat baisser… Dans le monde du travail à Paris, s’installer en province rime souvent avec régression professionnelle.

Pourtant, les arguments en défaveur de la vie en région parisienne ne manquent pas : prix des loyers exorbitants, stress de la vie quotidienne, coût de la vie, temps passé dans les transports, pollution, manque d’espaces verts,… Autant de désagréments que la plupart des villes de province, même importantes, connaissent beaucoup moins. L’espoir du succès d’une carrière vaut-il mieux qu’une vie privée en berne ? Partir travailler en région signifie-t-il automatiquement le déclin de sa vie professionnelle ? Quid du pouvoir d’achat et de la qualité de vie ?

Le journal Les Echos Business a récemment publié des témoignages de cadres, dirigeants et entrepreneurs qui ont tous franchi le cap avec succès. Certains d’entre eux ont été repérés par des chasseurs de têtes, d’autres sont passés au télétravail, ont créé ou repris une entreprise, ou bien ont trouvé un nouveau poste dans les « job boards » (sites d’emplois) régionaux. Aucun d’entre eux n’a senti une baisse d’intérêt, de technicité ou de compétence dans leur fonction, bien au contraire. Rapport au temps plus efficient, rapports entre collaborateurs, nouvelles fonctions,… En fait, travailler en province, c’est plutôt travailler différemment.

Les salaires en région sont en moyenne inférieurs de 15 % à ceux pratiqués en IDF, mais les locations sont en moyenne 56 % moins chères (source : Observatoire des Loyers LocService 2012 pour Paris), et 2,5 fois moins chères si on raisonne en prix par mètre carré. Un appartement parisien, voire un studio, vaut le prix d’une belle maison dans la plupart des villes de province. Exemple : un studio à louer à Paris 18ème, entre 20 et 30 m², se négocie en moyenne à 791 € par mois charges comprises. Pour ce prix, on peut avoir un appartement 4 pièces à Rennes, une maison à Reims ou un T3 à Montpellier. Le coût de la vie est également bien moins cher. Jérôme Decaux, DG de Renovatio, entreprise de formation et de coaching basée à Saumur, témoigne : « Je suis moins payé, mais mon pouvoir d’achat n’a pas été réduit d’autant : la première fois que j’ai fait le marché, je pensais que le commerçant s’était trompé en ma faveur« . Attention cependant à ne pas occulter certaines nouvelles dépenses à prévoir, comme une seconde voiture et des frais d’essence supplémentaires en fonction des distances à parcourir.

La qualité de vie, elle, change évidemment du tout au tout : les familles peuvent s’agrandir, les week-ends riment avec sports et randonnées, et les journées de travail sont moins stressantes du fait d’une pression moindre vis-à-vis du temps.

Et vous, seriez-vous prêts à quitter Paris ?

(source image : Wikipedia)

 

Sans intérêtPauvreMoyenIntéressantTrès intéressant (2 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...

9 Commentaires sur “Quitter Paris pour la province : qu’a-t-on à y gagner ?

  1. Lille est effectivement une ville dynamique avec son côté festif, culturelle le tout dans un environnement agréable de « grande ville/province ». Niveau budget c’est la belle vie ! On vit décemment avec peu dans le Nord. Mais on en fait aussi vite le tour et au bout de 2 ans on réalise qu’on fait les mêmes choses en boucle. Aussi et c’est un point important… Niveau emploi c’est la pénurie totale ! Plus concrètement aussi accueillant qu’ils soient, les gens du nord embauches des natifs du nord ! L’écart entre les classes sociales est très important et il y a un certain snobisme d’élite qui dénature toute la réelle bonté des gens du Nord.

  2. En fait, ça dépend aussi de ce qu’on quitte à Paris.

    Quitter un appartement, même petit, intramuros, sympa et près de son travail, ça doit être plus compliqué que de quitter un studio dans une barre en banlieue à une heure de trajet de son travail.

    Pourquoi Marseille ne vous a pas plu ?

    Est-ce que quelqu’un a fait le trajet Paris>Lille ? Et est-ce que c’est sans regret (Lille, c’est très petit, et pas aussi dynamique qu’on le dit) ?

  3. Voilà mon avis.

    Ancien Parisien, installé à Marseille, je n’ai qu’une envie, retourner sur Paris.

    Pas pour le coté Parisien/Marseille, car c’est une chose que je ne n’affiche pas ici. Mais si Marseille est la seconde ville de France, omg, ca donne pas envie de s’installer dans des villes moyennes (sans les nommer)

    Alors oui, le loyer est moins cher, il fait beau, etc… mais tu le paye…
    Le salaire est moins élevé d’abord. Direct décote de 15-20% pour mon cas (pourtant la comptabilité c’est pas un métier de niche).
    A part le loyer, et éventuellement les restau, bah le reste ce sont les mêmes tarifs qu’à Paris (le plein d’essence du carrouf d’ici est au même prix qu’à Paris, les courses c’est pareil, le prix de l’électroménager, bah c’est pareil, par contre la taxe d’habitation elle est nettement plus chère…..).
    J’adore les reportages BFM et Cie qui t’explique que le café coute 1.1 au lieu des 3.40 parisiens et que la place de ciné coute 2 euros de moins ici… donc qu’il faut aller vivre en province… Reportage de journalistes parisien qui ne dépassent le périf que pour leurs vacances…

    Perso: tu te fais c****r en province (désolé du terme) mais à mourir…
    Et puis aussi…. voiture obligatoire rien que pour travailler…. et oui c’est peut être rien, mais ça coute… par rapport à Paris où tu as plus de deux lignes de métro, etc…

    La raison principale pour partir en province, c’est pour le calme, pas pour les économies. Partir sur le principe de la vie moins chère, c’est un retour assuré sur Paris dans les 6 mois…

    Sébastien

    1. Bonjour, et merci pour votre témoignage qui apporte une vision très intéressante. C’est vrai que quand on est habitué et accro à l’effervescence de la vie parisienne on peut être déçu, après c’est une question de tempérament je pense. C’est étonnant tout de même de s’ennuyer dans une grande ville comme Marseille, alors certes c’est loin d’être la ville la plus appréciée de France, mais j’imagine qu’il y a quand même pas mal d’animation et de vie culturelle ? Cependant on peut ne pas aimer Marseille et adorer Toulouse, Lille, Lyon, Nantes, Grenoble qui ont toutes leurs avantages, tout dépend de ce que l’on cherche. A Grenoble on peut aller skier le week-end, à Nantes on est à 1h de la mer, Lille est accueillante et dynamique, etc. Il est vrai qu’on a souvent besoin d’une voiture, par contre quand on voit que les loyers sont 50 % moins chers à Marseille qu’à Paris (et même 80 voire 100 % dans d’autres villes grandes ou moyennes), ça libère du budget quand même…

  4. Si vous souhaitez lire plus de témoignages d’anciens parisiens qui ont quitté Paris pour la province, vous pouvez aller sur http://paris-jetequitte.com
    Vous y verrez que beaucoup de gens sont ravis de leur nouvelle vie, après il faut peut être y aller progressivement et passer par l’une des grandes villes avant de s’installer définitivement dans une maison à la campagne.

  5. J’ai quitté paris pour la province (basse-normandie) il y a 6mois avec ma fille de 8ans.
    Au départ en août, j’étais contente d’avoir une maison pour le prix du loyer d’un studio et de respirer l’air pur et de me rapprocher de mes parents situés à 10km, de travailler à mon compte.

    Sauf que en dehors d’être dans notre maison, il n’y a rien à faire…. on s’ennuie ferme…
    Je n’ai pas d’amis, il n’y a pas de sorties sympas, les bars sont réservés aux étudiants, mes parents s’immiscent dans notre vie.

    Je n’ai qu’une hâte, c’est de retrouver l’effervescente de paris, son animation, ses expos, ses magasins ouverts le dimanche et remplis de découvertes, de fringues de créateurs (au lieu des centres commerciaux tristounet…), des brunchs du dimanche (ici ça n’existe pas, le dimanche on est « en famille »), des petits resto, brasseries typiques avec de la cuisine du monde et des gens « colorés » et atypiques, les bars branchés et élitistes ouverts toute la nuit, des gens « beaux et âpretés », au lieu des gens d’ici « gentils » habillés avec leurs chaussures queshua et parkas, et les femmes grosses avec leurs cheveux courts…
    Au secours !!!!

    Je recherche activement du boulot et un appart pour fuir la province et son ennui mortel….

    1. Merci pour votre retour d’expérience intéressant ! C’est vrai qu’il y a province et province…Vous pouvez je pense retrouver la plupart de ces plaisirs dans les grandes villes comme Lyon ou Bordeaux par exemple. Mais il y aura peut-être un petit je-ne-sais-quoi qui continuera de vous manquer, c’est vrai qu’il y a beaucoup de Franciliens qui ne pourraient pas se passer de cette effervescence.

  6. Bonjour,

    Savez-vous s’il existe des cabinets recrutement spécialisés dans la recherche de poste en province pour cadre parisiens (domaine spécialisé en informatique) ?

    Cdt
    Adam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.